Prévalence du VIH chez les jeunes

Export Indicator

Pourcentage de jeunes de 15 à 24 ans qui vivent avec le VIH
What it measures

Il évalue les progrès réalisés dans la réduction des infections par le VIH.

Rationale

Le but de la riposte au VIH est de réduire les infections par le VIH. Toutefois, étant donné l’impossibilité de mesurer avec fiabilité l’incidence du VIH à travers une étude de prévalence, des approximations de l’incidence du VIH sont requises.
La prévalence du VIH à un âge donné est égale à la différence entre le nombre total de personnes infectées par le VIH jusqu’à cet âge et le nombre de personnes qui sont décédées, exprimée en pourcentage du nombre total de personnes en vie à cet âge. Dans les tranches d’âge plus élevées, les variations de la prévalence du VIH sont lentes à refléter les évolutions du taux de nouvelles infections (incidence du VIH) parce que la durée moyenne de l’infection est longue. En outre, un recul de la prévalence des infections par le VIH peut refléter une saturation de l’infection parmi les personnes les plus vulnérables et une hausse de la mortalité plutôt qu’un changement de comportement. Une augmentation de la prévalence du VIH peut refléter une hausse du nombre d’individus recevant une thérapie antirétrovirale et un allongement de leur durée de vie. Chez les plus jeunes, les tendances de la prévalence du VIH fournissent une meilleure indication des tendances récentes de l’incidence du VIH et des comportements à risque, puisque les jeunes ont plus récemment entamé une activité sexuelle ou la consommation de drogues par injection. De plus, les jeunes récemment infectés par le VIH n’auront vraisemblablement pas entamé une thérapie antirétrovirale. En conséquence, un recul de l’incidence du VIH associé à de vrais changements de comportement devrait d’abord être visible au niveau des chiffres de la prévalence du VIH établis pour la tranche d’âge 15-24 ans (voir même la tranche des 15-19 ans lorsque ces données sont disponibles). Lorsqu’elles sont disponibles, les données des enquêtes de surveillance comportementale parallèles doivent être utilisées pour aider à interpréter les tendances de la prévalence du VIH.

Type d’épidémie:
Généralisée

Numerator

Nombre de femmes (15-24 ans) fréquentant un dispensaire prénatal dont le test de dépistage du VIH indique qu’elles sont séropositives

Denominator

Nombre de femmes (15-24 ans) fréquentant un dispensaire prénatal ayant subi un test de dépistage du VIH

Calculation

Numérateur / Dénominateur

Method of measurement

Directives de l’OMS/ONUSIDA pour la surveillance sentinelle du VIH
Cet indicateur est calculé à l’aide des données sur les femmes enceintes fréquentant les dispensaires prénatals dans les sites soumis à une surveillance sentinelle du VIH dans la capitale, les autres zones urbaines et en milieu rural.
Les sites de surveillance sentinelle utilisés pour mesurer cet indicateur doivent rester les mêmes afin de permettre un suivi cohérent dans le temps.

Fréquence de mesure:
Annuelle

Ventilation :
Aucune

Measurement frequency

Annual

Disaggregation

Age group: 15 years - 24 years

Gender: N/A

Pregnancy status: N/A

Explanation of the numerator
Explanation of the denominator
Strengths and weaknesses

Dans les pays où l’âge au moment du premier rapport sexuel est plus élevé et/ou dans lesquels le taux de contraception est également élevé, la prévalence du VIH parmi les femmes enceintes âgées de 15 à 24 ans sera différente de celle constatée parmi l’ensemble des femmes du même groupe d’âge. En cas de variation de la fertilité, cette tendance peut être biaisée si les femmes optent pour d’autres modes de procréation.
Cet indicateur (qui utilise les informations communiquées par les dispensaires prénatals) fournit une assez bonne estimation des tendances relativement récentes de l’infection par le VIH là où l’épidémie est principalement transmise par voie hétérosexuelle. Il est moins fiable en tant qu’indicateur des tendances de l’épidémie de VIH là où la plupart des cas d’infection se limitent aux populations clés.
Pour compléter les données rassemblées auprès des dispensaires prénatals, les pays sont de plus en plus nombreux à inclure le dépistage du VIH dans les enquêtes auprès de la population. Si des estimations de la prévalence du VIH ont été obtenues par un pays à partir d’enquêtes, ces estimations doivent être incluses dans la case réservée aux observations pour l’indicateur concerné afin de permettre des comparaisons avec d’autres enquêtes. Les estimations basées sur des enquêtes doivent être ventilées par sexe.
L’ajout de nouveaux sites sentinelles augmente la représentativité des échantillons et la solidité de l’estimation de la prévalence du VIH. Cependant, l'ajout de nouveaux sites sentinelles réduit la comparabilité des chiffres. Il importe donc de toujours utiliser les mêmes sites pour l’analyse des tendances.
Étant donné qu’un nombre croissant d’enfants infectés par leur mère atteignent l’âge de la procréation, cet indicateur devient plus difficile à interpréter. Il convient de collecter des informations sur le moment de l’infection chez les femmes séropositives au VIH, afin d’exclure ces dernières des analyses de tendances.

Further information

Pour toute information supplémentaire, prière de consulter les sites suivants :
http://www.unaids.org/en/media/unaids/contentassets/documents/epidemiolo...