Utilisation du préservatif parmi les personnes qui s’injectent des drogues

Export Indicator

Pourcentage de personnes qui s’injectent des drogues indiquant avoir utilisé un préservatif lors de leur dernier rapport sexuel
What it measures

Progrès accomplis dans la prévention de la transmission sexuelle du VIH chez les personnes qui s’injectent des drogues

Rationale

Les pratiques d’injection et les comportements sexuels à moindre risque sont essentiels chez les personnes qui s’injectent des drogues, y compris dans les pays où d’autres modes de transmission du VIH prédominent, parce que : i) le risque de transmission du virus par du matériel d’injection contaminé est extrêmement élevé et ii) les personnes qui s’injectent des drogues peuvent transmettre le virus (notamment par voie sexuelle) à l’ensemble de la population.

Remarque : les pays où l’on observe des épidémies généralisées peuvent également présenter une sous-épidémie concentrée sur les personnes qui s’injectent des drogues. Dans ce cas, il convient de calculer et de transmettre l’indicateur pour cette population.

Numerator

Nombre de personnes qui s’injectent des drogues déclarant avoir utilisé un préservatif lors de leur dernier rapport sexuel 

Denominator

Nombre de personnes qui s’injectent des drogues déclarant avoir consommé des drogues injectables et eu un rapport sexuel au cours du mois précédent

Calculation

Numérateur/dénominateur

Method of measurement

Enquêtes de surveillance comportementale et autres enquêtes spécifiques Les questions suivantes sont posées aux personnes qui s’injectent des drogues :

1. Vous êtes-vous injecté de la drogue à un moment quelconque au cours du mois dernier ?

2. Si oui, avez-vous eu des rapports sexuels au cours du mois dernier ?

Si les réponses aux questions 1 et 2 sont toutes les deux affirmatives, la question suivante est :

3. Avez-vous utilisé un préservatif lors de votre dernier rapport sexuel ?

Lorsque cela est possible, les données relatives aux personnes qui s’injectent des drogues doivent être recueillies par les organisations de la société civile qui travaillent sur le terrain en étroite collaboration avec la population concernée.

L’identité des personnes interrogées et les informations recueillies auprès d’elles doivent rester confidentielles et être protégées.

Measurement frequency

Tous les deux ans

Disaggregation
  • Sexe (homme, femme, transgenre) 
  • Âge (<25 et 25 ans) 
  • Villes et autres zones administratives d’importance
Additional information requested

Si des données infranationales sont disponibles, veuillez indiquer les données de ventilation par zone administrative, ville ou site dans l’espace prévu à cet effet. Veuillez transmettre, à l’aide de l’outil de téléchargement, la version numérique de tout rapport d’enquête disponible.

Strengths and weaknesses

Les enquêtes sur les personnes qui s’injectent des drogues peuvent se révéler difficiles. Il est donc possible que les données obtenues ne soient pas fondées sur un échantillon national représentatif de la population de personnes qui s’injectent des drogues étudiées. Lorsqu’il est estimé que les données ne sont pas fondées sur un échantillon représentatif, il est nécessaire d’en tenir compte lors de l’interprétation des données. S’il existe différentes sources de données, il convient d’utiliser la meilleure estimation disponible. Des informations sur la taille de l’échantillon, la qualité et la fiabilité des données, et toute question connexe doivent accompagner l’indicateur.

L’importance de la transmission du VIH liée à la consommation de drogues injectables au sein d’un pays dépend de quatre facteurs : 1) l’étendue, le stade et les caractéristiques de propagation de l’épidémie nationale de sida, 2) l’ampleur de la consommation de drogues injectables, 3) le degré d’utilisation de matériel d’injection contaminé par les personnes qui s’injectent des drogues, et 4) les habitudes en termes de promiscuité sexuelle et d’utilisation du préservatif parmi les personnes qui s’injectent des drogues, d’une part, et entre ceux-ci et l’ensemble de la population, d’autre part. Cet indicateur fournit des informations sur le troisième de ces facteurs. Afin de maximiser l’utilité de ces données, il est recommandé que l’échantillon ayant servi au calcul de cet indicateur soit également utilisé pour le calcul des autres indicateurs se rapportant à ces populations.

Further information

OMS, ONUDC et ONUSIDA. Guide technique national pour la mise en œuvre des objectifs destinés à l’accès universel pour la prévention du VIH, le traitement et les soins pour les personnes qui s’injectent des drogues. Genève : Organisation mondiale de la santé, 2012 (http://www.who.int/hiv/ pub/idu/targets_universal_access/en/index.html).

Un cadre pour le suivi et l’évaluation des programmes de prévention du VIH auprès des populations les plus exposées. Genève : ONUSIDA, 2007 (http://www.unaids.org/sites/default/files/sub_landing/files/17_Framework...).

Directives pratiques pour l’intensification de la prévention du VIH : vers un accès universel. Genève : ONUSIDA, 2007 (http://data.unaids.org/pub/ Manual/2007/20070306_Prevention_Guidelines_Towards_Universal_Access_en.pdf).

ONUSIDA, OMS, Measure Evaluation, CDC, USAID, ICASO, ONUDC. Directives opérationnelles pour le suivi et l’évaluation des programmes sur le VIH auprès des personnes qui s’injectent des drogues. https://www.measureevaluation.org/resources/tools/hiv-aids/operational-g...

Tags